Essai sur la violence domestique contre les femmes en Inde

Essai sur la violence domestique contre les femmes en Inde

Par Mahesh Bhor | catégorie Essay

Inde ancienne est un riche patrimoine ayant aucune correspondance dans le monde. Dans l’ancienne Inde femmes jouissaient d’un rôle important non seulement à la maison, mais dans la société en tant sistes  » ‘était la devise et un principe suivi à tous les niveaux de la société. Une femme avait l’habitude d’être un père dans le conseil, une mère en détresse et un ami sincère dans les moments de détresse. Mais avec avènement des envahisseurs musulmans et ayant perdu leur force physique et morale de protéger l’honneur et la chasteté de leurs femmes nos ancêtres imposées système de purdah sur notre folk femmes. Ainsi plongé dans la superstition et opprimée par la coutume, confinée dans les quatre murs de la maison, car peu de monde et sachant peu d’elle nos femmes ont été réduites à l’état d’une femme de chambre, un jouet et une machine de reproduction. La société dominante masculine ne leur donnerait pas le respect et le respect et le système continue même dans le XXIe siècle. Chaque jour, nous entendons et lisons sur les atrocités qui leur sont infligées par leurs propres maris pour lesquels ils vivent et meurent.

Elle peut être et est généralement sympathique avec le vieux, malade, fou ou pauvre, mais refusent de tolérer la tyrannie du cruel mari d’humeur lâche. Elle se rend compte maintenant que l’être humain a des droits non moins que ceux dont jouissent par son sexe opposé. Constitution de l’Inde traite à la fois à la valeur nominale. Alors, pourquoi il devrait y avoir aucune discrimination contre les femmes? Pourquoi devraient-ils être appelé le «sexe faible». Ils sont maintenant sélectionnés avec leurs homologues masculins avec une égale dignité. Nous avons eu des femmes Premier ministre beaucoup plus compétente et plus efficace que la plupart des premiers ministres.

Nous avons des femmes ministres en chef, I.A.S et I.P.S. dirigeants, scientifiques, astraunants et affaires aimants, des médecins, des avocats et ce qui ne? Compte tenu des circonstances mentionnées ci-dessus les femmes de l’Inde se réunissent le courage d’élever la voix contre les atrocités faites à eux par les hommes et d’entendre leur voix et à son tour pour fournir réparation que aussi pour punir le tyranysts gouvernement de l’Inde a récemment promulgué des lois en vertu le nom et la légende.

LA PROTECTION DES FEMMES DE LOI SUR LA VIOLENCE FAMILIALE 2005 afin de fournir une protection plus efficace des droits des femmes garantis par la constitution qui sont victimes de violence de toute nature survenant au sein de la famille et des questions connexes ou accessoires. Il étend à l’ensemble de l’Inde, sauf l’État du Jammu-et-Cachemire. Dans le cadre de la présente loi contre la violence familiale est comprennent-

(I) Tout dommage ou blesser qui met en danger la santé, la sécurité, l’intégrité physique ou le bien-être soit un abus physique ou mentale, l’abus sexuel, violence verbale et psychologique ou d’abus économique.

(Ii) Si l’on harcèle, méfaits, blesse ou met en danger la personne lésée en vue de lui ou de toute autre personne liée à elle pour répondre à toute demande illégale pour toute dot ou d’autres biens ou valeur contraindre.

(Iii) Si l’on blesse ou cause un préjudice, qu’il soit physique ou mentale de la personne lésée.

Toute personne qui croit qu’une violence domestique acte a été ou est commise peut donner des informations à ce sujet à l’agent de protection concerné. Aucune capacité, civile ou pénale, ne peut être engagée par la personne pour donner des informations de bonne foi.

Un agent de police, le Bureau de la protection, le fournisseur de service ou magistrat qui reçoit une plainte de violence domestique doit informer la personne lésée de Her-

(I) le droit de déplacer une application pour obtenir réparation par voie d’ordonnance de protection, d’une ordonnance de redressement monitory, une ordonnance de garde, une ordonnance de résidence, une ordonnance d’indemnisation ou de plus d’une telle ordonnance en vertu de cette loi.

(Ii) de la disponibilité des services de fournisseur de services.

(Iii) de la disponibilité des services d’agent de protection.

(Iv) de son droit à la gratuité des services juridiques en vertu de la Loi sur les régies des services juridiques 1987.

(V) de son droit de déposer une plainte en vertu de l’article 498 A du Code pénal indien (45 de 1860) lorsque cela est pertinent.

Si une personne lésée ou en son nom un agent de protection demande à la personne en charge d’un logement à la personne lésée. De même, un agent de protection peut organiser des installations médicales à la personne lésée.

Le gouvernement central et chaque gouvernement de l’État doivent prendre des mesures pour assurer that-

(A) les dispositions de cette loi sont largement diffusés.

(B) les services de sensibilisation et de sensibilisation périodiques sont donnés à toutes les parties concernées sur la question traitée par la présente loi.

(C) Il existe une coordination efficace entre les personnes impliquées dans l’exécution de la présente loi et l’examen périodique de la même.

(d) Les protocoles de différents ministères concernés par les services des femmes en vertu de la loi, y compris les tribunaux sont préparés et mis en place.

La réparation demandée en vertu de la présente loi peut inclure un soulagement pour la délivrance d’une ordonnance de paiement d’une indemnité ou dommages-intérêts pour les préjudices causés par les actes de violence domestique. Si le magistrat estime que les circonstances de l’affaire le justifient et si l’une des parties à l’instance le désire, il peut effectuer la procédure est si désire il peut procéder à la caméra de procédure. Nonobstant toute disposition de toute autre loi, pour le moment en vigueur chaque femme dans une relation familiale a le droit de résider dans le ménage commun ou non elle a un droit, un titre ou bénéficier d’intérêt dans le même. La personne lésée ne doit pas être érigé à partir de la maison partagée par l’intimé. Le magistrat peut, à la faveur d’être convaincu que la violence familiale de la personne lésée. A eu lieu ou est susceptible d’avoir lieu passer une ordonnance de protection en faveur de la personne lésée.

Le magistrat peut ordonner à l’intimé de payer une réparation pécuniaire pour couvrir les dépenses engagées et les pertes subies par la personne lésée et l’enfant de la personne lésée à la suite de la violence domestique et soulagement peuvent inclure, mais non exclusivement

(A) la perte de revenus

(b) les frais médicaux

(C) la perte due à la destruction, la détérioration ou retiré de toute propriété du contrôle de la personne lésée

(D) Le maintien de personas lésés, ainsi que ses enfants.

Dans l’exercice des pouvoirs conférés par l’article 37 de la protection des femmes contre la Loi sur la violence familiale 2005 (43 de 2005), le gouvernement central a fait des règles nécessaires à la bonne exécution de la loi connue sous le nom «La protection des femmes contre domestiques Règles Violence 2006 ».

Ces règles sont entrées en vigueur à partir du 26 Octobre 2006.

Ces règles ont établi la procédure détaillée pour l’élimination de plaintes reçues en vertu de la loi, des biens. Judicieusement et rapidement. Droits et devoirs des agents de protection, conseillers et autres concernés par la Loi ont été clairement tracée. Ces règles sont un guide pour assurer l’élimination rapide et en temps opportun des plaintes en vertu de la Loi pour voir qui ne prend pas le long cours d’un litige et la personne lésée est pas mis au harcèlement.

Vous pouvez également commander ici.

Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × trois =