Essai sur la politique de réservation en Inde

Essai sur la politique de réservation en Inde

Essai sur la politique de réservation en Inde!

Initialement, le pourcentage de la réservation (en 1950 Constitution), à condition de réservation de 12,5 pour cent pour les SC et 5 pour cent pour les tribus, mais ces pourcentages ont ensuite été renforcée en 1970 à 15 pour cent et 7,5 pour cent pour les castes et tribus respectivement. Les res­préser- a été fourni dans les emplois, l’admission dans les collèges et les universités, et les assemblées législatives centrales et étatiques.

Nos garanties Constitution / stipule la justice et l’égalité des Opportu­nité à tous ses citoyens. Il reconnaît également que l’égalité des chances implique la concurrence entre égaux, et non pas « non-égaux». Reconnaissant l’inégale­lité dans notre structure sociale, les responsables de la Constitution fait valoir que les articles les plus faibles doivent être traitées sur un pied préférentiel par l’Etat. Une responsabilité particulière a été, par conséquent, placé sur l’état de fournir une protection aux sections les plus faibles de la société.

Initialement, le pourcentage de la réservation (en 1950 Constitution), à condition de réservation de 12,5 pour cent pour les SC et 5 pour cent pour les tribus, mais ces pourcentages ont ensuite été renforcée en 1970 à 15 pour cent et 7,5 pour cent pour les castes et tribus respectivement. Les res­préser- a été fourni dans les emplois, l’admission dans les collèges et les universités, et les assemblées législatives centrales et étatiques.

Plus tard, il a été prévu dans les entreprises publiques et nationalisées banques, etc. Tous les gouvernements des États aussi en­agi lois prévoyant de réservation pour les SCs (et ST) dans les services sous leur contrôle. En outre, d’autres concessions comme la réservation en promo­tions, etc. ont également été fournies par les gouvernements.

En Janvier 1999, le Président de l’Inde « s notant dans un dossier confidentiel concernant les nominations judiciaires à l’effet que le quota spécial devrait être considérée pour les sections les plus faibles de la société comme SCs, ST et des femmes dans la nomination des juges dans les Hautes Cours et la Cour suprême, a conduit à un avenir dans les milieux juridiques et un débat sur la méritocratie contre la discrimination de protection.

La controverse est pas de savoir si le président a le pouvoir constitutionnel de suggérer des changements dans le processus de sélection. La question est: si l’argument de la juge en chef de l’Inde »qui seul mérite est important dans ju­rendez-vous judi- est logique, pourquoi ne peut-il être appliqué à d’autres domaines tels que les établissements d’enseignement, des laboratoires de sciences, etc., et si le président « De l’avis a une logique, pourquoi ne peuvent » t réserves soient étendus aux forces armées, la formation d’armoires, etc. Le Président « s notant ne sont jamais décontracté.

Ils ne sont pas des opinions personnelles. Ils portent un cachet officiel. Si les juges et les ADVO supérieurs­cats croient en la primauté du mérite dans judiciaire, sera la Cour suprême revoir sa décision rendue antérieurement en Novembre 1992 avec ce qui concerne les ac­cepter 27 par réservation de cent pour l’OBC? L’échec de la politique de réservation pour élever les SCs (et STS) sur une période d’environ cinq décembre­ades d’une part et la politique de réservation, à savoir la course de rat entre les partis politiques à Net groupes spécifiques comme OBC, Dalit Chris­tians et les musulmans, et les demandes récentes de certaines castes (comme Jats, etc., dans le Rajasthan) pour les inclure dans la catégorie OBC, d’autre part, ont posé soi­défis Rious pour la société et de l’économie.

La décision de la Cour suprême sur le plafond de la limite de réservation à 50 pour cent et par la suite, le passage Loi sur la réservation Tamil Nadu (1993) levant la réserve à 69 pour cent et dont la présente loi dans la constitution par l’amendement 85e de le prendre au-delà judiciaire examen ont ouvert la porte avec un gov d’État­vernement après l’autre se précipiter à travers le même genre de législations. Il est dans ce contexte que la question de la réserve revêt une grande importance.

La question est maintenant posée par de nombreuses personnes est: Faut-il continuer res­serves pour castes et tribus dans les établissements d’enseignement, des services, Lok Sabha et Vidhan Sabhas? Un argument est que ceux-ci auraient dû être DisCon­continué dix ans de l’entrée en vigueur de la Constitution. En prolongeant la durée chaque décennie, nous allons contre la volonté de la Constitution décideurs.

Il est en effet décomptabilisation mérite et priver le plus qualifié. La castes et tribus en Inde constituent ensemble 24,56 pour cent (16,48% et 8,08% respectivement) de la population totale, OBC 51 pour cent, les sections les plus faibles économiquement (démunis) 10 pour cent, et Mus­LIMS 12 pour cent. Tout cela ajoute à 97,56 pour cent. Quand presque tout le pays est en arrière, où se trouve la justification de mesures spéciales pour une section particulière de l’arrière?

Deuxième argument est que nous avons essayé l’idée de réservation d’im­prouver le sort des plus faibles depuis 50 ans. Si les réservations ont vraiment fait aucune différence dans leurs conditions jusqu’à présent, pourquoi persister avec un tel arrangement inefficace? Les avantages de réservation sont acculés par la couche de crème.

Troisième argument est que cette politique (de réservation) est troquée pour vote. Il n’y aura pas d’objection si les réserves sont prévues pour non­der le concept même de l’égalité des chances.

D’autre part, un point de vue est que, puisque l’objet de la réservation (pour SCs) n’a pas été atteint, il doit être poursuivi pendant quelques décennies. L’autre point de vue est qu’il est temps d’éliminer progressivement les réserves lentement. Cela peut se faire soit en retirant les couches de crème ou en laissant les pourcentages de réservation vont en diminuant vers un point de fuite. En fait, ce processus aurait dû être lancé beaucoup plus tôt. Il aurait en effet été une merveilleuse idée pour notre nation pour entrer dans le XXIe siècle en tant que société sans caste.

Notre thèse est que, théoriquement, il est inadmissible et pratiquement difficile de supprimer la politique de réservation. Nous sommes d’accord avec l’opinion de Roy Burman « que pendant quelques années, la réservation doit être étendue à SCs, ST et OBC.

Cependant, la politique de la réservation doit être scientifique et rationnelle. Dans la structure économique et politique donné, la caste (ou à la naissance ou de la famille) ne doit pas déterminer les chances dans la vie d’un « de. On suppose que SCs (et pour que les tribus de la matière et OBC également) représentent un groupe homogène, mais en fait, ils sont un groupe hétérogène .

Par conséquent, après B.S. Bhargava et Avinash Samal (1998: 518), il peut être suggéré que:

(I) Non caste mais le revenu devrait être donnée d’importance dans la détermination de l’arrière­ness;

(Ii) Le concept de couche de crème doit être appliquée à SCs (et STS) aussi;

(Iii) La réservation doit être limitée uniquement à la première génération bene­ciaires. Les candidats dont les parents ont déjà profité de réservation fa­cilities à obtenir un emploi ne doit pas être donné la facilité à nouveau;

(Iv) la concession de la bourse peut être accordée aux SC (et ST et OBC) stu­bosses de fixation plus que le pourcentage spécifié de marques (par exemple, 48%) dans les cours du secondaire et des cycles supérieurs pour obtenir une éducation de qualité en bon dans­institutions. Toutes ces mesures bénéficieront ceux qui méritent vraiment l’aide.

Vous pouvez également commander ici.

Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − 13 =